Forum des écrivaines


Un petit groupe d'amies se retrouve autour d'un Forum pour discuter de leur passion : l'écriture.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TEXTE 6 : Délirium, Prologue

Aller en bas 
AuteurMessage
AnotherDay
Admin
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 21
Localisation : MAD-NESS

MessageSujet: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Mer 07 Aoû 2013, 6:42 pm

C'est une histoire qu'il me tient à coeur d'écrire. Noémie la connaît déjà très bien, sur le bout des doigts, même. Elle fait actuellement plus de dix-huit pages en police 11, ce qui représente environ 43 pages d'un livre de poche normal -estimation Microsoft Word-.
Vous savez combien je suis toujours insatisfaite. J'ai modifié ce prologue de nombreuses fois, et je l'ai modifié une dernière fois aujourd'hui, ce soir. Je me suis juré de ne plus y retoucher avant d'avoir réécrit la suite.

Donc, Noémie, tu vas être obligée de tout relire n__n !










Prologue.
 
     J’avais l’impression d’avoir du sable et du soleil dans les cheveux, tandis que je sombrais doucement dans le souvenir de cette soirée d’été, sur la plage. La lumière était forte et chaude, une ombre grandissait, s’étirait derrière moi, et le mouvement des vagues avait à mon oreille le doux chuintement d’une mère inquiète. Le soleil brûlait les restes d’une mouette, et la forme de son petit être à l’abandon ressemblait à une longue tache blanche sur un lit de lin.
 
     Mes chaussures dans une main, je cheminai entre les coquillages, à la recherche d’un endroit où écouler mon rêve. La mer et le ciel se confondaient devant mes yeux, et le sable semblait conduire jusqu’aux nuages.
 
     J’étendis une serviette imaginaire sous mes genoux, et m’assis dans un trou creusé par la mer. Je déployai mes bras de chaque côté de ma tête, comme un oiseau. Et alors que je sombrai dans un autre monde que celui de mon rêve, je sentis quelque chose d’humide dans ma main. 
 
     Il avait glissé quelque chose à l’intérieur. Ma peau frémit à son contact. C’était comme de palper une poignée d’os froids, de morceaux de chair brûlés.
 
     Mais qui était donc ce il, qui s’accrochait à moi comme la lune dans une ramure ?
    
     Pourquoi était-ce si désagréable de sentir ce qui devait être sa langue contre ma peau ?
 
     N’était-ce pas sensé être un rêve ? Depuis quand pouvait-on avoir l’impression de toucher quelque chose, au beau milieu d’un rêve ?
 
     Et pourquoi fait-il si froid, tout à coup ? Ce n’est pas un cauchemar, non. Ce n’est pas possible. Pas ici.
 
      Je secouai la tête, fis le noir autour de moi. Quand j’ouvrirai les yeux, je n’aurais plus cette terrible sensation que quelque chose ou quelqu’un me voulait du mal.
 
     Trois, deux, un.
 
 
 
     Et soudain, je le vis. Le papillon.
     C’était un simple papillon.
    
     Un tout petit papillon, qui lentement élargit ses ailes autour de mes entrailles, grignota mes nerfs, rongea mes os.
 
     C’était comme si toutes mes terminaisons nerveuses ne réagissaient plus qu’à son contact. Comme s’il avait pris possession de moi. Comme si quelque chose de viscéral nous unissait.
 
     Et moi, je le laissai faire, impuissante. Je demeurai immuable, passive, tandis que délicatement, le papillon me dévora. Prit ma place dans ce rêve étrange au goût de cuivre et de chair calcinée.
 
     Je n’étais pas devenue le papillon ; c’était le papillon qui était devenu June. 
 
     Ce devait être un papillon noir, l’un de ceux qui se cachent insidieusement sous une pierre, passant pour morts devant nos yeux, mais qui à la tombée de la nuit viennent se nicher entre nos doigts, s’enfoncent tout au fond de nos gorges pour nous faire vomir. Un minuscule papillon qui aurait lâchement suivi le long chemin tortueux que je traçais sur le sable de la pointe des pieds, mes chaussures dans une main.
 
     Je ne l’avais pas vu s’approcher, s’accrocher à mon ombre, à ma main. A moi.
 
 
 
     Et alors que je sentais mes dernières forces s’évaporer dans cet air brûlant qui nous enveloppait, le papillon et moi, il s’en alla.
 
     Lentement, le papillon s’était envolé. Déployait ses longues ailes noires dans le ciel bleu mer. Je voulus tendre la main vers lui pour l’attraper, mais je me suis rendu compte qu’il n’y avait plus de main au bout de mon poignet. Plus de doigts à l’extrémité.
 
     Le papillon s’était envolé avec mon corps. Il avait emporté mes bras, mes jambes…
     Peut-être les gardait-il dans son ventre.
    
 
     Mais alors… Que me restait-il ?
 
     Mon âme, sans doute. Un petit morceau d’éther indomptable, perdu dans tout ce sable.
     Et tandis que je regardais à travers mes orbites creuses mon bonheur et ma vie s’évaporer comme s’en allait le papillon, j’ai pensé qu’il ne me restait plus qu’une chose à faire.
 
     Mes yeux s’ouvrirent, et je m’éveillai. A côté de moi, sur l’abat-jour, brûlait un papillon, ivre de lumière.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ecrivaines.1fr1.net
Ussachi
Admin
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 20
Localisation : Wonderland

MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Jeu 08 Aoû 2013, 9:30 pm

Alors alors. Ma première remarque va être absolument nulle, mais j'ai acheté un livre il y a un moment -que je n'ai toujours pas lu- et qui s'appelle Delirium. J'y ai pensé en lisant le titre. n.n

Sinon. Mon Dieu. C'est énorme tout ce que tu peux écrire. Ça fait des lustres que je n'ai pas rédigé un truc, alors pour le coup, je suis admirative. n.n

J'ai beaucoup aimé. Enfin, je te dis ça à chaque fois et ça m'embête un peu parce que je trouve rarement de commentaire à te faire. x)
Il n'y a qu'une phrase qui m'a un peu "dérangée" (c'est un grand mot) :

" Je voulus tendre la main vers lui pour l’attraper, mais je me suis rendu compte qu’il n’y avait plus de main au bout de mon poignet."

Je ne savais pas trop ce qui me gênait au départ et je ne suis même pas sûre d'avoir trouvé. Mais je pense que c'est la répétition de "main". Et il n'y a pas un "e" à "rendu" ?

Sinon, rassure-moi, j'ai bien compris ? Elle était en train de rêver ?
On se perd un peu parfois, dans tes descriptions, il y a tellement de petits détails que ça en devient parfois plus dur à visualiser. Mais ça me plaît pas mal, cet aspect. On se croirait un peu dans une autre dimension. 

J'adore l'image du papillon. Vraiment. Cette petite chose qui la grignote au fur et à mesure et qui finalement, est la seule à disparaître. Tu ne peux pas savoir  à quel point ça me plait. x)

À part ça, j'ai bien envie de lire la suite, je suis même très curieuse de la connaître. (Je ne peux pas m'empêcher de me demander si il y aura d'autres papillons ^^)

Citooout. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Admin
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 20
Localisation : Upside down.

MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Ven 09 Aoû 2013, 3:30 am

DÉ-LIRIUM ! DÉ-LIRIUM ! *scande le titre -au cas où c'était pas très clair*

C'est marrant je me suis toujours demandée combien de pages faisaient mes écrits, en version livre de poche. Tu la trouves où ta fonction ?

Sinon je vais relire, promiiiis, mais là j'ai pas beûcoup de temps T_T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnotherDay
Admin
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 21
Localisation : MAD-NESS

MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Ven 09 Aoû 2013, 7:42 am

Ussachi : C'est pas vrai ?!! Tu veux dire que ce titre est déjà prix ? Bon, encore une preuve qu'il faut que j'arrête avec cette histoire x).

Merciiii de tes commentaires, vraiment j'en suis très touchée. J'ai vraiment de plus en plus de mal avec cette histoire que je suis en train d'écrire ; pas bien écrite, justement, on dirait... Le genre de trucs qu'on peut lire dans des romans pour gamines et je veux paaaas de ça. Pour la faute d'orthographe, en temps normal, j'aurais mis un 'e', mais de plus en plus j'ai des doutes au sujet de cette forme : 'je me suis', parce que souvent, cette forme n'admet aucun accord, comme pour le verbe avoir. Alors j'ai pensé bien faire, mais je pense que je me suis trompée et que tu as effectivement raison.
Oui, la répétition. J'ai du mal avec ça o/ !

Oui, elle est en train de rêver n.n ! Et ça l'étonne parce qu'elle a l'impression de vraiment ressentir les choses, comme si elle ne rêvait pas. Oui, je comprends que l'on puisse s'y perdre, moi-même je m'y égare x) !

Merci infiniiiiment de ton commentaire. :)Ca me donne mine de rien l'envie de continuer à l'écrire, cette maudite histoire. Il y a d'autres références au papillon mais plus légères. C'est une histoire un peu autobiographique, tu vois. Enfin, certains éléments, c'est tout moi.

Noéééé : Tout en bas de ma page Word, il y a des petites icônes qui choisissent l'aspect visuel de ladite page au moment où tu écris. Tu as une icône 'livre', et quand tu cliques dessus, tu as l'aspect d'un livre de poche. Et en haut de ces pages 'livre', il y a une indication du nombre total de page : "page 36 sur 43".
T'inquièèète :3 ! Tu dois m'appeler aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ecrivaines.1fr1.net
Ussachi
Admin
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 20
Localisation : Wonderland

MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Ven 09 Aoû 2013, 3:17 pm

Héééé. Mais non, ça veut rien dire ! Tu racontes n'importe quoi. x)

Pour l'orthographe, j'ai aussi un doute. Un gros doute. En fait, sans le "e", ça me fait bizarre, mais avec encore plus, quand j'y réfléchi. Je crois finalement que je ne le mettrait pas. *la fille hyper chiante* J'en sais trop rien. Il faudrait que j'aille voir sur internet mais j'ai la flemme. n.n
Cinq minutes plus taaard.
Je n'ai pas pu m'empˆecher d'aller fouiller. Je suis tombée sur le forum de wordreference (d'ailleurs, au passage, wordreference est une vraie perle, je ne remercierai jamais assez mon prof d'anglais de m'en avoir parlé). Je n'ai pas le courage de tout résumer mais voici le lien (en priant pour qu'il marche) :
http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=287121&langid=6
Donc, je pense qu'on accorde pas. n.n

Non mais ne la laisse pas tomber. C'est certain que ce prologue n'est pas aussi bien écrit que certains de tes textes, mais il reste très bien ! Et puis, tu peux toujours corriger. Enfin, je ne dis rien, parce que je comprends tout à fait ce que tu ressens. x)

Je suis contente que ça te donne envie de continuer. Very Happy Autobiographique ? Tu me donnes encore plus envie de la lire. x)
Ici, il y avait de ces éléments, qui te correspondaient ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnotherDay
Admin
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 21
Localisation : MAD-NESS

MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   Ven 09 Aoû 2013, 7:13 pm

Ahhhh n__n !
Oui, je crois que cette forme là est tellement bizarre qu'on accorde pas. En fait, on devrait tellement accorder qu'on ne le fait pas. Sinon, c'est pas drôle, c'est sûr.
xD ! T'as vu comme c'est frustrant ? Oh my God, je déteste ce sentiment.

Pas encore. Je fais souvent des rêves sur la plage, comme ça, mais il n'y a jamais eu de papillon. Il y a eu des fourmis, beaucoup d'abeilles, mais jamais de papillon. Et je me rappelle une fois, j'étais petite mais ça m'avait atrocement marquée, je m'étais réveillée en sursaut parce que j'avais eu l'impression, dans mon rêve, que quelque chose me touchait la jambe. Je m'en souviens encore, j'ai eu super peur ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ecrivaines.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TEXTE 6 : Délirium, Prologue   

Revenir en haut Aller en bas
 
TEXTE 6 : Délirium, Prologue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un texte admirable
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Haiti-Séisme, un texte touchant et inspirant de Sasaye
» [Texte] La pluie
» Texte officiel des amendements de la constitution de 1987

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des écrivaines :: Les écrits de AnotherDay-
Sauter vers: